Skip to content

Charte « Agriculture et Urbanisme »

2 août 2011

Le 18 juillet 2011, une charte « Agriculture et Urbanisme » a été signée à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine. Si le problème de la préservation du foncier agricole est réel, encore faudrait-il savoir à quoi vont servir les terres que nous devons préserver ? Alors que la production porcine a de plus en plus besoin de terres pour gérer l’épandage des effluents agricoles, il y a de quoi se poser des questions.

L’Ille-et-Vilaine, c’était en 2009, le 17ème département français en nombre de fermes Bio (3% des fermes du département), peu glorieux pour l’un des premiers départements agricoles français. La signature de cette charte était l’occasion rêvée d’associer la préservation du foncier agricole et la préservation de l’environnement. Au lieu de ça, une charte sans aucune contrepartie, à sens unique. En résumé : des habitants dans des « zones urbaines plus compactes », en limitant « la surenchère des espaces verts souvent peu utilisés » tout en protégeant « les bâtiments d’exploitation de l’arrivée de nouveaux tiers ». Chacun chez soi…

Une charte qui accompagne une agriculture qui éloigne les habitants et les agriculteurs, alors que notre département aurait pu ambitionner de développer une agriculture qui les rapproche, notamment par l’intermédiaire du bio et des circuits courts. La seule solution proposée par la charte : « la rédaction de guides à l’usage des habitants (…) peut permettre de mieux communiquer sur les activités agricoles ». Ne rien changer mais expliquer.

La charte a été signée par Joseph MENARD, Président de la Chambre d’Agriculture d’Ille-et-Vilaine, qui est dans son rôle de défendre les agriculteurs, Michel CADOT, Préfet de la Région Bretagne et Préfet d’Ille-et-Vilaine, qui applique les consignes du gouvernement en adressant un message très positif au monde agricole, mais aussi par Jean-Louis TOURENNE, Président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine, qui aurait du défendre avec plus de détermination le volet « durable » de la charte.

Au sommaire de la charte

Premier Principe : Préserver les espaces et les activités agricoles
– Protéger les espaces agricoles de l’urbanisation
– Maîtriser l’étalement urbain tout en répondant aux besoins fonciers des territoires
– Assurer le bon fonctionnement de l’exploitation en tenant compte des zones bâties et naturelles

Deuxième principe : Reconnaître le rôle des activités agricoles dans le maintien et la préservation de l’espace rural
– Reconnaître l’activité agricole dans l’espace rural
– Prendre en compte les fonctionnalités agricoles au sein des espaces naturels majeurs
– Intégrer les bâtiments agricoles dans les paysages
– Favoriser le maintien et le développement du bocage par l’agriculture

Troisième principe : Maintenir et développer l’activité agricole, outil de développement économique
– Assurer la pérennité des exploitations agricoles
– Faciliter la diversification des activités agricoles

Quatrième principe : Renforcer les liens entre l’agriculture et lesautres usages
– Concilier l’ouverture de l’espace rural aux urbains avec l’activité agricole
– Intégrer les différents usages agricoles dans les projets d’aménagements

Cinquième principe : Evaluer et faire vivre la charte
– Echanger les données entre partenaires
– Organiser des évaluations et un suivi des SCoT et PLU sur le volet agricole
– Former, informer les acteurs, échanger avec les professionnels

Voir aussi :

About these ads
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :